27 avril 2008

Amsterdam Lindy Xchange 2006





Image créée avec ArtText

diaporama créé avec BannerZest

5 avril 2008

Où suis-je ?

Il est primordial de maîtriser son environnement lorsque l'on parcourt la chaussée.

Qu'est-ce qui vient à gauche, à droite, derrière,… surtout derrière !

Constamment, il faut regarder derrière soi. Et pour cela, je ne recommande pas un rétroviseur. Non. Il est préférable de tourner la tête par à-coup bref, vif, furtif. Cela permet de répéter l'opération autant de foi que nécessaire, de ne lâcher que brièvement le regard du sens de roulage et de conserver la direction du vélo.

Car attention, si vous regardez longtemps derrière vous, votre trajectoire va dévier !

Avec deux ou trois visées, vous évaluerez la vitesse des véhicules qui se rapprochent.

Votre regard vif aura également vite fait de croiser celui de l'automobiliste qui arrive à votre hauteur. Cet échange visuel contribue toujours à la sécurité du cycliste. Par cette échange, vous êtes reconnu en tant que personne et non plus comme simple véhicule à deux roues : important !

Donc : juste un coup d'œil répété derrière vous !

Vos arrières sont donc protégés. Quid du reste de votre être ? Vos flancs ?

Pour l'avant, les choses paraissent plus évidentes. Elles ne le sont pas pour autant. Ici, les freins sont prédominants. Votre capacité de freinage détermine la distance que vous laissez entre vous et le véhicule qui vous précède. Qui, fatigué, n'a pas voulu profiter de la protection d'un véhicule un jour de grand vent ?
à suivre…

Comment tourner (à gauche)

Opération longue et délicate car il nous faut traverser une, voire plusieurs bandes de circulation.

1. regarder brièvement derrière soi
2. à suivre…

Règle 2

Une petite maxime de mon ami Dominique D.

« Mieux vaut une concession à la priorité qu'une concession à perpétuité ! »

S'il est important de prendre notre place dans la circulation, en tant qu'usagers faibles, il l'est plus encore d'y rester entier.

N'hésitons donc pas à nous arrêter, modifier notre parcours, laisser passer un abruti, remettre en question notre comportement et surtout, évitons la routine : rien de pire que les habitudes !

Règle 1

Nous devons toujours pouvoir nous arrêter.

Pas simplement freiner mais bien s'arrêter !

Il est donc primordial de toujours vérifier nos freins :
- en enfourchant notre bécane,
- en testant un petit coup de frein lors des situations particulières : port de gants, sous la pluie, route à gravillons, etc..

Où rouler sur la chaussée ? Et pourquoi ?

Le repère est simple : restons à gauche de la roue droite des voitures !
(donc, à minimum un mètre des voitures garées, ce qui est légalement autorisé)

C'est fort écarté des véhicules en stationnement me direz-vous. Et bien non, il s'agit là d'une marge de sécurité ! Car il y a des situations dangereuses dont nous devons nous prémunir.
1. La plus connue : les portières qui s'ouvrent soudain devant nous.
2. Les voitures qui nous frôlent; ainsi, nous les obligeons à effectuer un VRAI dépassement.
3. La chaussée est plus accidentée pour nous, les deux-roues, que pour les voitures. Il nous faut une marge de manœuvre pour réagir sans avoir à nous méfier des véhicules qui suivent.
4. De même, il nous faut pouvoir éviter aussi les déchets, les tessons de verre qui mettent en péril notre agréable balade. Sur certains tronçons, les déchets de verre sont hélas fréquents, surtout après le passage des éboueurs. Il serait certainement bon que ceux-ci soient sensibilisés à cette problématique.

Évidemment cela oblige parfois les voitures à patienter avant de nous contourner et nous dépasser. Certains râlerons. C'est bien peu de chose en rapport à notre sécurité, non ?

Par contre, restons fair-play, lorsque il n'y a aucun risque, rangeons-nous plus sur le côté pour laisser passer les voitures plus facilement. Et, n'hésitons jamais à donner un signe de remerciement à ceux qui, patiemment, nous ont suivi !

Nouvelle série : à vélo en ville

… en particulier à Bruxelles.

La ville est à nouveau propice à
l'usage de la petite reine. Mais beaucoup ignorent comment aborder le
trafic qui a fort évolué sans elle ces vingt dernières années.

J'ai donc décidé de coucher en mots mes expériences de vieux routard citadin !

Je
vais coucher mes idées et souvenirs en vrac. J'y mettrai de l'ordre
plus tard quand il y aura lieu d'en faire une compilation.

Suivez au bas le lien "Vélo"… et bonne lecture !