26 décembre 2007

Attention aux courriers-canulars (hoax)

Brièvement, avant de faire suivre un courrier…
  1. Vérifier son bien-fondé.
  2. Vérifier son utilité.
  3. Éviter toute propagation inutile (envois en copies cachées).

Dans la rubrique « du bon usage d'internet », plutôt que de répondre continuellement aux courriers-canulars, je résume ici le comportement à avoir lorsque vous souhaitez faire suivre un courrier à plein de monde.

  1. Vérifier son bien-fondé
    • Sélectionner puis copier un terme propre au message (par exemple : «LeTrucDeLaMortQuiTue».
    • Se rendre sur le site www.hoaxbuster.com.
    • Coller votre terme dans le cadre de recherche (sur la droite de la page) puis cliquer le bouton «Go».
      Quel résulat obtenez-vous ?
      • Aucune réponse : bravo, votre courrier semble bien-fondé; il n'est pas référencé dans les canulars connus. Vous pouvez envoyer votre message (en n'oubliant pas de mettre vos destinataires en « Copie cachée » (ou « Cci »), voir plus bas).
      • Une liste de réponses correspondant peut-être à votre terme s'affiche.
      • Cliquer sur l'article qui parait le plus proche de votre terme.
      • Voyez son statut Vrai ou Faux et lisez les commentaires. Si vous retrouvez bon nombre d'indices de votre courrier dans l'article, il y a sans doute beaucoup de chance qu'il s'agisse d'un canular… à ne surtout pas renvoyer à vos amis et connaissances !
  2. Vérifier son utilité
    • Nous avons déjà beaucoup de mal à nous débarrasser des spams (polluriels, courriers non désirés et indésirables !). Alors, devons-nous nous envoyer les uns les autres des courriers inutiles ?
    • Sauver le monde, secourir un petit enfant dans un pays lointain, gagner facilement une petite fortune, éviter une maladie grave qui va nous toucher bientôt, etc... Pensez-vous vraiment que cela a un sens ? Non, le monde, nous le changeons dans nos gestes quotidiens. Nous pouvons aider des ONG qui œuvrent pour les catastrophes, la misère et les maladies. L'argent, nous le gagnons de notre travail, ou de notre chance de jouer au Lotto… ou d'être bien né. Et les risques que nous encourons dépendent de notre attention et de notre bon sens. Il faut prendre du recul par rapport aux courriers que l'on reçoit.
    • Envoyer un bisou ou une bonne blague (vraiment bonne et originale… surtout si elle est d'à-propos) vaut bien mieux !
  3. Éviter la propagation inutile (nous croulons déjà sous les courriers et publicités divers).
    • Or, trois choix existent pour les destinataires de nos courriers :
      • « À »,
      • « Copie à » (ou « Cc ») et
      • « Copie cachée à » (ou « Cci »).
    • Quand faut-il envoyer en « Copie cachée » ?
      1. Si les destinataires ne se connaissent pas.
      2. Si le courrier n'est pas un message adressé explicitement et/ou personnellement aux destinataires.
      3. Si certaines des adresses destinataires ne sont pas dans vos connaissances.

Voilà, si nous prêtons notre attention à ces trois règles, nous améliorerons notre quotidien.

16 octobre 2007

Mon Brompton


Toujours présent, fidèle au poste,
il se plie en quatre pour me servir !




Je l'aime bien cette petite boîte de Pinel ô Pinel.
Sympa pour qui voyage beaucoup !


Le mien, je ne l'enferme presque jamais, ou alors, seulement dans sa housse. Il me donne tellement de liberté, pourquoi l'en priverais-je ? ;^)

Et puis, tout le monde n'a pas un Brompton, et puis il n'y a pas que lui, il y en a plein d'autres !

Mon Brompton


Toujours présent, fidèle au poste,
il se plie en quatre pour me servir !

Je l'aime bien cette petite boîte de Pinel ô Pinel.
Sympa pour qui voyage beaucoup !

Le mien, je ne l'enferme presque jamais, ou alors, seulement dans sa housse.
Il me donne tellement de liberté, pourquoi l'en priverais-je ?  ;^)

Et puis, tout le monde n'a pas un Brompton, et puis il n'y a pas que lui, il y en a plein d'autres !

2 août 2007

Orange - Bleue : vous me faites déjà honte !

À Madame et Messieurs les "peut-être futurs ministres",

Vous n'êtes pas encore parvenus à vous accorder sur l'accessoire que vous mettez déjà en péril l'essentiel ! Alors que tout gouvernant se doit de penser et d'agir en bon père de famille pour la Nation qu'il représente, vous ne mettez en exergue que des intérêts personnels !

Madame, Messieurs, les Leterme et De Wever, Somers, Reynders et Maingain, Milquet, vous me faites honte ! ! !

Alors qu'une demi-journée d'étude sur la problématique nucléaire suffit à se convaincre de l'aberration de la situation, vous vous entêtez à suivre aveuglément les rapports des lobbies du secteur ! Il est des états de fait pour lesquels il n'y a pas de compromis possible. Le compromis que vous voulez mettre en oeuvre n'en est pas un : c'est un chèque offert gracieusement, (une fois de plus) au secteur énergétique dominant !

En votant, nous vous demandons principalement 2 choses : du courage et du bon sens ! Tant que vous ne le comprendrez pas, les extrèmes (droite ou gauche) s'alimenteront encore de notre désolation !

5 avril 2007

SMS : un progrès ou l'arnaque ?

Je viens d'analyser ma première facture téléphonique où se trouvent décomptés des appels SMS. Chaque message écrit (SMS) coûte 0,103 € hTVA (soit 5,027 francs belges TVAc).

La comparaison est facile avec un passé pas si lointain où un appel de 6 minutes (heures pleines) ou 12 minutes (heures creuses) coûtait 5 francs hTVA (= 6,05 francs belges TVAc).

On arrive donc à un prix presque équivalent pour 6 à 12 minutes de communications réelles par rapport à un message "instantané" qui vous aura pris entre 6 et 12 minutes de rédactions rébarbatives en fonction de votre agilité et de votre doigté, de votre facilité à pianoter sur un clavier lilliputien,… le tout sans contact direct et donc sans la réponse de votre interlocuteur ! Celui-ci devra encore vous répondre par SMS ou vocalement ce qui, au mieux, doublera la facture.

Bilan du progrès de ce monde « communicant » :
avant : 30,25 fr.belges de l'heure pour communiquer à deux aux heures creuses
avant : 60,50 fr.belges de l'heure pour communiquer à deux aux heures pleines
après : 100,54 fr.belges (pour 2 x 10 SMS échangés; une toute petite conversation)

Évidemment, tout ceci n'est pas en francs constants… cela retire-t-il quelque chose à la justesse du propos ? Non, et là où ce sera encore plus criant, c'est en comparant les coûts des appels mobiles vocaux. Avec un argument supplémentaire mettant en exergue le dépouillement de l'investissement public au profit du privé (comme pour le TGV), c'est à dire, des moins nantis au profit des bien lotis ! Un autre débat !

Mais bien d'autres opinions sont à exprimer sur la communication. Pour commencer, allez lire cet avis sur ce « si petit joujou qui enferme, contrôle et divise ».